• J 522 : Bangkok

    J arrive a Bangkok par le train dans la matinee. La nuit fut dure en 3e classe mais pour le prix, je ne vais pas me pleindre ! Apres une douche a la gare, je file direct a l ambassade du Myanmar (mon objectif principal de la journee). Apres les classiques papiers a remplir (et le prix exorbitant de quelques photos a "format special" d une boutique non loin), je me presente au guichet et suis recu comme un chien par un homme, qui, bien sur, apres ne m avoir ni regarde ni dit bonjour, me demande, en me faisant voir la case "occupation", d un ton dedaigneux : "laajo". Qu est ce que ca veut dire laajo ? Je lui demande, avec politesse, de bien vouloir repeter et il me redit exactement la meme chose, en montant le ton. Je barre ce que j avais ecrit (traveler) et marque sur la feuille ce que je crois comprendre : "laajo". Ca parrait stupide mais que faire devant un mec completement tare qui parle anglais comme moi qund j etais en 6e et qui est pret a s enerver (et donc a me refuser mon visa) pour un rien. Le probleme, c est que j ai pas trop le choix que d etre gentil et docile car il faut absolument que j ai ce visa car j ai deja mon billet d avion et tout est prevu pour rejoindre Nathalie, Valerie et Nina a Yangoon. Je reecris quelque chose (deuxieme rature) et lui donne. Je sens qu il va exploser. J ai envie de lui mettre une grosse baffe dans la tronche et de lui dire :"mon bonhomme, tu te calmes et tu me parles anglais correctement" mais je pense que ca serait redibitoire pour l obtention de mon visa (en meme temps, je ne sais pas, je n ai jamais essaye... Lol). Je me creuse la tete pour essayer de comprendre ce qu il veut dire avant qu il m envoie promener, moi et mon dossier et je crois decrocher de ses levres, apres qu il l ait repete environ 6 fois : "last job". Ah, c est ca. Mon garcon, va prendre des cours de prononciation et reviens me voir car c etait juste incromprehensible ! Il est enfin satisfait. Sans un mot, comme depuis le debut, il me prend mon dossier et je m en vais. Pas de au revoir, bien sur, je suis habitue. C est vraiment pas facile d avoir des gros frustres comme ca en face de vous, sachant qu il ont le droit de vie ou de mort sur vous (alors pourquoi serait il polit ?). Il doit avoir de serieux problemes dans sa vie perso mais c est pas mes affaires. Bref, je m en fou et me casse, content d obtenir le petit coupon qui me rendra mon passeport avec un beau visa birman dessus.

    Je me rends, apres une petite bouffe, a un rdv avec une couchsurfeuse sur Silom Road. C est en fait une reunion de couchsurfers. J y rencontre Mimi, la fille que j ai contacte de Bangkok, des amis thai a elle, un allemand, un indien et une americaine. On passe la fin d apres midi ensemble et puis la soiree dans le quartier de l hotel de Caitlin, l americaine, a Sukumvit.

    Caitlin me propose, plutot que d aller dormir chez Mimi (elle habite loin et a deja un couchsurfer dans son appart), de dormir sur le canape de son hotel.

    C est la grande classe et pour moi, c est royal ce soir !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :