• J 582 : rush vers Luang Prabang

    Autour du feu, le matin, il ne faisait pas bien chaud. Il y avait une enfant qui portait un bebe, nu. Je lui ai dit d amener le bebe pres du feu car meme bien couvert, j avais froid.

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    Voici le fameu bebe. Et il ne pleurait meme pas.

    Archives

    Archives

    Avant mon depart.

    Archives

    Archives

    Archives

    A la sortie du village, les trappeurs me montrent leurs prises. c est ce que j ai mange hier soir.

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    J ai vraiment tres faim et toujours pas de village ou il y a la moindre bricole a acheter. Je suis oblige d aller chez des gens pour qu ils me donnent a manger.

    Devant, comme d hab, les curieux s attroupent autour de Jitencha.

    Archives

    Des hommes m accompagnent dans le repas. C est un peu plus varie qu hier mais toujours avec le meme met, cet espece de rongeur, mais cette fois ci, en sauce (tres epicee) avec toujours le fameux riz gluant.

    Archives

    Bien sur, a chaque fois, j insiste pour leur donner de l argent. C est pas toujours facile mais c est quand meme le minimum car sans eux, je suis mal (je me disais que c est l Asie du Sud Est ici donc y a toujours des petites echoppes de bord de rue mais pas dans cette region).

    Archives

    Dans ces bambous creux, ils conservent l eau potable.

    Archives

    Archives

    Je traverse des petits villages perches sur les cretes et c est toujours passionnant d y observer la vie locale.

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    J adore le chemin et j en profite vraiment mais j ai cet autre sentiment de me depecher pour la surprise que je reserve, avec mes parents, depuis plusieurs mois. Ca devient de plus en plus proche et ca me trote dans la tete en permanence. Du coup, j ai parfois envie de passer plus de temps dans certains endroits mais j ai la montre qui tourne. Je dois etre dans 2 jours a Bangkok et je suis toujours dans les montagnes au Nord Ouest du Laos. C est pas gagne et ca me met la pression du coup, sur ces pistes ou je n avance pas a cause de l etat du revetement (et je ne peux pas aller vite dans les descentes a cause de ma suspension qui est endomagee et qui a perdue une des deux vis sur quoi elle repose et qui assure le bon fonctionnement du velo car sans ca, je suis immobilise).

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    J avance vraiment tres lentement. Trop lentement ! Je me dis que s il y a un pick up qui passe, je l arrete pour lui demander s il peut m emmener mais depuis ce matin, pas un vehicule a 4 roue n est passe par la.

    La chance me sourit car j en trouve un quelques minutes seulement apres.

    Archives

    Le trajet est horrible et me brise en deux car le mec attaque pas mal et la piste est defoncee donc je suis balance de tous les cotes et j essaie de garder le controle sur les bagages et Jitencha qui veulent s envoler a chaque bosse.

    J arrive a Pak beng en tout debut d apres midi. La femme, mesquine, demande a son mari de me demander de l argent pour le transport (et des dollars s il vous plait). Je n en ai pas mais sors des Baths. En voyant les 200, le mec me dit que ca suffira (tu m etonnes, 5 euros pour un trajet aussi inconfortable dans ce pays, c est enorme mais ils m ont vraiment permis d arriver en temps et en heure, tout juste pour prendre un fast boat (bateau rapide, traduction pour Patricia) pour rejoindre Luang Prabang). Sans eux, je n y serai jamais arrive et j aurai rate ma surprise donc ca vaut vraiment le coup !

    Archives

    La negociation fut dure mais je m en tire pas mal (de toute facon, je n avais pas d autres choix que de prendre ce tout dernier bateau). J adore quand je viens devant le mec qui vent les billets, et je lui demande combien ca coute. Il reflechit pendant 30 secondes, parlent avec ses compagnons puis me donne un peix apres tout ce temps. Hey, les gars, un conseil. On est un peu abruti, nous, les occidentaux mais pas jusqu a ce point alors si vous voulez en arnaquer quelques un, donner un prix sans reflechir car tout le monde sait que c est votre seule occupation de la journee alors forcement que vous connaissez le prix. Ca parraitra plus credible.

    Donc, bref, apres negociation, je prends place devant le bateau avec mes bagages et Jitencha. Le voyage dure 3 h et est juste magnifique sur le Mekong mais la position est completement inconfortable mais je ne peux presque pas bouger car sinon, ca fait tanguer le bateau et a la vitesse ou on va, ca pourrait etre dangereux.

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    Archives

    J arrive a l embarcadaire de Luang prang qui est a plusieurs km du centre.

    Archives


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :